LE DECLIN DE LA RENTABILITE DU TRAVAIL SERVIL, CAUSE ECONOMIQUE DE L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE

Vendredi 17 Avril 2015
  • Allocution d’ouverture :   Monsieur le   Bâtonnier Raymond AUTEVILLE, Président de l’IDHM
  • Allocution                              : Maître Corinne BOULOGNE-YANG TING, Directrice de l’IEJ-MARTINIQUE, Avocat à la Cour, Maître de conférences (Université des Antilles)                                                                                                                                                                           
  • Exposé :    «    LE DECLIN DE LA RENTABILITE DU TRAVAIL SERVILE, CAUSE             ECONOMIQUE DE L’ABOLITION DE L’ESCLAVAGE ENTION » Martine FLANDRINA Professeure  d’histoire 
  • Allocution de clôture :              Monsieur le   Bâtonnier Raymond AUTEVILLE, Président de l’IDHM

L’esclavage transatlantique et le commerce triangulaire, constituent, à n’en pas douter, l’un des plus grands crimes contre l’humanité.

C’est pourquoi, l’Institut des Droits de l’Homme de la Martinique, lui consacre habituellement une de ses Conférences sur les Libertés et les Droits Fondamentaux.

Bonsoir Madame FLANDRINA,

Bonsoir Madame la Directrice

Bonsoir à vous tous,

Chers Membres de l’Institut des Droits de l’Homme de la Martinique,

Madame FLANDRINA,

« … Une amitié véritable, c’est celle qui repose avant tout sur la communion aux mêmes principes, et à la poursuite d’un même idéal… » (Gustave THIBON).

C’est Madame le Bâtonnier Marie-Alice ANDRE-JACCOULET, qui vous a présentée à moi, il y a de cela, bien des années.

Comme vous, elle était ancienne Présidente du Club Soroptimist Fort-de-France Alizés Sud.

Mais, elle était aussi, membre fondateur de notre Institut, qui vous accueille ce soir.

Elle est dans l’amphithéâtre ce soir, elle vous écoutera avec intérêt.

Pour remercier Madame FLANDRINA, applaudissons-la chaleureusement, dès maintenant.

« La plupart des hommes, pour arriver à leurs fins, sont plus capables d’un grand effort, que d’une longue persévérance » (Jean DE LA BRUYERE – Les Caractères).

L’Institut des Droits de l’Homme de la Martinique, continue avec persévérance, son œuvre, commencée le 30 avril 2009.

Ce sera notre anniversaire, dans quelques jours.

J’en profite pour annoncer à nos membres, que notre Assemblée Générale statutaire, aura lieu le mercredi 20 mai 2015 à 16 heures 30, à l’Hôtel Ecole Martinique à Schœlcher.

Prévoyez de faire garder les enfants, car nous terminerons par une partie festive.

En ce moment, partageons une pensée positive avec Madame Claudine SALINIERE, notre vice-présidente, qui est souffrante.

Une pensée aussi, pour l’une de nos membres, souffrante également, Maître Laurence HUNEL-OZIER LAFONTAINE.

Nous leur souhaitons un prompt rétablissement, et les assurons de notre affection.

Madame FLANDRINA, je vous renouvelle mes vifs remerciements.

Vous êtes venue ce soir, traiter du sujet capital et original :

« Le déclin de la rentabilité du travail servile, cause économique de l’abolition de l’esclavage »

Mesdames et Messieurs,

L’esclavage transatlantique et le commerce triangulaire, constituent, à n’en pas douter, l’un des plus grands crimes contre l’humanité.

C’est pourquoi, l’Institut des Droits de l’Homme de la Martinique, lui consacre habituellement une de ses Conférences sur les Libertés et les Droits Fondamentaux.

Vous avez noté, que j’ai pris soin de dire que l’esclavage transatlantique et le commerce triangulaire, constituent l’un des plus grands crimes contre l’humanité, et non le plus grand.

J’ai évité ainsi l’erreur, même la faute, de hiérarchiser le crime contre l’humanité, commise par contre par Monsieur HOLLANDE, Président de la République, qui avait déclaré le 27 janvier 2015, on s’en souvient, que la Shoah, constituait, à ses yeux, « le plus grand crime jamais commis contre l’humanité ». 

Avec ses tripes, mais avec aussi excès, peut-être artistique, Joëlle URSULL avait protesté avec véhémence.

Ce qui avait donné l’occasion au Député Serge LETCHIMI, Président du Conseil Régional de la Martinique, d’écrire un très beau texte intitulé « Si tôt la première atteinte ». 

L’horreur commence sitôt la première atteinte, le premier sang, le premier mort. Elle est d’emblée totale. Toute atteinte à l’humain, déclenche un abîme sans limite.

Dès lors, toute hiérarchisation de crimes contre l’humanité, peut être aventureuse. Il ne saurait y avoir de plus grand crime par ci- de moins grand crime par là… ».  

Enfin, même la plus terrible horreur, a, Dieu merci, une fin. En Martinique, l’esclavage a été aboli le 22 mai 1848.

Souvent, cette abolition a été rattachée à l’émergence d’idées philanthropiques, issue de la révolution française, et à la lutte des esclaves épris de liberté.

Mais, dès le XVIIIème siècle, des économistes libéraux ont contesté l’intérêt économique du travail servile.

L’intérêt de la Conférence de ce soir, c’est l’angle sous lequel sera analysée l’abolition de l’esclavage, victoire des idées philanthropiques, et/ou victoire du réalisme économique ?

Nous aurons la réponse à cette question capitale dans un instant.

Mais avant, je dois exprimer mon très grand plaisir d’avoir ce soir, retrouvé, Madame la Directrice de l’Institut d’Etudes Judiciaires, qui nage dans le bonheur que lui fait vivre le petit bout de chou qu’elle porte, et qui suit déjà, avec intérêt, nos travaux.

Madame la Directrice, vous avez la parole.

Raymond AUTEVILLE

Ancien Bâtonnier de l’Ordre

Président de l’IDHM

 

 

Texte de la conférence non-communiqué.

L’IDHM accueille

 

Madame Flandrina

Madame Flandrina

Professeur d'Histoire