11 janvier 2013 - L'ATTEINTE A LA SANTE PUBLIQUE EN MARTINIQUE PAR LA CHLORDECONE

Vendredi 11 janvier 2013

Programme non-communiqué.

La chloredécone  est une molécule particulièrement dangereuse. Elle a été utilisée en Martinique, jusqu’en 1993 comme insecticide, le charançon du bananier.

Ainsi les sols, les nappes phréatiques, les rivières et le rivage des mers, ont été soumis pendant plusieurs années, à une des plus graves pollutions de ce siècle.

Les arrêtés préfectoraux se succèdent pour interdire soit la culture vivrière, soit la baignade, soit la pèche dans certaines zones de la Martinique.

Aujourd’hui, il est temps d’étudier ce problème tant du point de vue scientifique que juridique, pour bien comprendre ce qui s’est passé et surtout pour pouvoir lutter afin que cela ne se reproduise plus.

C’est tout l’intérêt de cette conférence.

 

Le Président

                                                                                              Raymond AUTEVILLE

                                                                                              Ancien Bâtonnier de l’Ordre

Allocution introductive C. SALINIERE, Vice-présidente de l’IDHM

Mesdames, Messieurs,

Bonsoir,

Le président de l’IDHM, M. le Bâtonnier Raymond AUTEVILLE, vous prie de l’excuser de ne pas pouvoir débuter l’année avec vous, étant retenu à Paris.

Aussi au nom du CA de l’IDHM, et en mon nom propre, je vous souhaite une BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2013…365 jours de santé, de bonheur et de prospérité…

Je viens de vous la souhaiter bonne tout au long de l’année … et pourtant la santé publique en Martinique serait menacée … par la chloredécone !

La question n’est pas récente, mais les choses ne sont pas claires !

L’usage de la chlordecone a été remise au débat public par le Pr de cancérologie, Dominique BELPOMME ; médiatiquement connu depuis son rapport du 17 septembre 2007, par lequel il dénonçait je cite un « désastre sanitaire aux Antilles… Un véritable empoisonnement de la Martinique et de la Guadeloupe » par le chlordécone ».

La thèse contredite par le Pr lui-même 1, puis confirmée2 , est encore en suspens…

1 Il est obligé de se rétracter au cours d’une émission télé, faute de preuve scientifique.

2 une étude publiée dans le Journal of Clinical Oncology par l’Inserm et le CHU de Pointe-À-Pitre, met en évidence le lien entre le chlordécone et le cancer de la prostate.

Même sur le plan linguistique, l’on s’y perd : doit-on dire « la » ou « le » chlordécone ?

Au mois d’octobre dernier les médias martiniquais confirmaient la contamination des langoustes, déjà interdites à la pêche depuis 2009. Cela avaient conduit les marins-pêcheurs en colère à bloquer le port de Fort de France durant toute la période des fêtes de fin d’année 2012.

De même en octobre, l’épandage aérien était au coeur d’une polémique médiatique-judiciaire.

Alors qu’en est-il vraiment ? qui croire, que croire… ? Et surtout que faire ?

Le Dr Charles SAINT AIME a accepté de nous éclairer à ce sujet.

Avant de lui céder la parole, Me BOULOGNE YANG-TING, directrice de l’IEJ Martinique, nous présente le conférencier.

Texte de la conférence non-disponible pour le moment.

L’IDHM accueille

 

Dr Charles SAINT-AIME

Dr Charles SAINT-AIME

Docteur

ESPACE TELECHARGEMENT